Comment puis-je vous aider ?

vous aider à réussir et à passer par-dessus les obstacles

Une question à la source de votre activité professionnelle

En tant qu’architecte et professionnel de services, déterminer comment aider au mieux votre client est sans doute la question primordiale à laquelle vous devez répondre.

Vos clients ont des souhaits et des exigences plus ou moins clairement exprimés. Ne disposant pas de vos connaissances, ils ont également de nombreux besoins dont ils n’ont même pas conscience. Vous avez donc la tâche pas toujours évidente de concilier les besoins et les envies exprimés par vos clients, leurs besoins et souhaits inconscients et toutes les contraintes de programme, de site et d’environnement ainsi que les normes et règlements que le projet de construction de votre client doit respecter.

Et vous devez y parvenir sans blesser l’ego de votre client!

Devenez un atout pour votre client

Pour de nombreuses constructions, faire appel à un architecte est obligatoire dans bien des pays comme la France ou la Belgique. L’architecte est donc souvent considéré comme un mal nécessaire imposé par la loi. Beaucoup de clients pensent qu’un entrepreneur ou un promoteur clé-sur-porte suffit et qu’ils n’ont pas besoin d’un architecte…

Si vous lisez cet article, j’en déduis que vous n’êtes pas d’accord avec cette vision réductrice de la profession d’architecte. Votre client peut penser qu’un bâtiment « clé en main » est ce qu’il recherche. Mais en approfondissant un peu la question avec lui, vous découvrirez le plus souvent qu’une solution personnalisée totalement différente répond bien mieux aux problèmes et aux envies de ce clientet parfois même à moindre coût.

En présentant à votre client des solutions alternatives mieux adaptées, personnalisées et profitant à long terme à votre client, vous passez du statut de nuisance inévitable au statut de conseiller.

Un premier pas vers le développement d’une relation de confiance durable et bénéfique pour chacun.

Proposez des solutions alternatives

Même s’il est « roi », votre client n’a pas toujours raison. En étudiant les différents besoins, souhaits et contraintes du projet de bâtiment de votre client, vous arriverez fréquemment à la conclusion que la solution imaginée par votre client n’est pas idéale.

De nombreux architectes présentent dans ce cas plusieurs alternatives en plus de la proposition souhaitée par le client. Malheureusement, il apparaît le plus souvent que le client sélectionne une proposition moins bonne lorsqu’il est face à plusieurs choix. Il peut aussi vous demander de faire un mélange à partir d’éléments pris dans chaque proposition… pour un résultat mitigé.

Présentez votre solution idéale en premier

Je pense personnellement qu’il faut présenter uniquement la solution qui vous semble la meilleure tout en préparant des solutions alternatives. Il sera toujours temps de sortir vos solutions de rechange si votre client se montre insensible à vos arguments en faveur du projet que vous préconisez.

Accepter… ou refuser

Etes-vous compétent pour ce type de projet ? Serez-vous en mesure d’apporter des solutions aux problèmes rencontrés par votre client potentiel ? Et parviendrez-vous à trouver un terrain d’entente qui vous satisfasse tous les deux ?

Il vaut parfois mieux refuser un projet que de se laisser embarquer dans la conception et la réalisation d’un projet qui pourrait nuire à votre réputation d’architecte professionnel.

Vous êtes architecte ?

Comment ARCHImarketing et ARCH’image peuvent-ils vous aider ? Laissez un commentaire ou remplissez le formulaire de contact pour présenter vos besoins et les problèmes que vous rencontrez dans votre activité professionnelle d’architecte. Les solutions sont parfois plus proches que vous ne pensez!

2 commentaires


  1. Bonjour,

    Consultante en programmation sur un logiciel nommé SAS, cet article n’aurait à priori pas de lien avec mon métier. Et pourtant, ce qui marche dans l’architecture marche aussi pour l’activité de consultant. 😉 Le client a une première idée de son projet. A charge à nous de faire preuve de force de proposition pour répondre à des besoins sous-jacents pas forcémment identifiés, à rendre le tout simple d’utilisation.

    Cordialement,

    Véronique


  2. Bonjour Véronique,

    Merci pour ton témoignage. Cet article est, à mon avis, valable pour tous les métiers de services et donc la consultance.

    Je pense qu’un des aspects les plus délicats dans nos propositions est d’éduquer notre client pour lui faire prendre conscience de ces besoins sous-jacents. Il n’est pas simple de le faire avec tact de manière à ne pas blesser l’amour propre de ce client.

    Si le client n’a pas confiance en nous, il peut vite s’imaginer que c’est une tentative pour obtenir un contrat plus juteux. Il est donc très important de développer une relation de confiance avant même de discuter d’un projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.