logo ARCHImarketing

C’est quoi, pour vous, la réussite ?

Par Laurent Brixius

Un architecte lève les bras pour célébrer sa réussite

Peut-être aurais-je dû commencer le blog Architecte & Marketing par cet article… Comme je l’ai déjà écrit, je pense qu’il faut savoir où on va pour y parvenir sans perdre de temps.

Qu’est-ce que la réussite professionnelle ? Chacun a sans doute sa définition personnelle du mot « réussite » ou de « succès ». Quelle est la vôtre ?

Au regard de la réussite, je pense qu’il y a …

2 catégories d’architectes

L’architecte Réactif

Les architectes réactifs sont ceux qui croient à la chance. Ils n’ont le plus souvent pas une vision très claire de ce qu’est la réussite professionnelle et de ce qu’ils doivent faire pour l’atteindre.

L’architecte réactif sait saisir une opportunité lorsqu’elle se présente mais…. chez lui, les contrats arrivent « au petit bonheur la chance ». L’architecte réactif n’est pas conscient que les opportunités, ça se crée !

Celui qui en est conscient et qui met tout en oeuvre pour se créer des opportunités est…

L’architecte Pro-actif

L’architecte proactif ne croit pas à la chance. Pour lui, la réussite professionnelle n’est pas un concept vague mais un stade concret mesurable.

Pour évaluer le chemin qui lui reste à parcourir, il se fixe des objectifs concrets à atteindre. Autant de jalons qui mesurent son évolution sur la voie du succès professionnel.

Pour atteindre ces objectifs concrets, l’architecte pro-actif met en oeuvre une stratégie de développement professionnel (et personnel), analyse objectivement sa situation professionnelle actuelle et défini les compétences, qualités et relations qu’il doit développer pour atteindre ses buts.

La réussite est-elle une ligne d’arrivée ?

La réussite n’est, heureusement ou malheureusement, pas un état permanent auquel on accède… après quoi on peut se reposer sur ses lauriers et sombrer dans l’oisiveté. La réussite professionnelle n’est jamais acquise !

Personnellement, je vois la réussite professionnelle comme un tremplin vers de nouveaux défis, de nouveaux objectifs concrets… et de nouveaux succès professionnels et personnels.

Et vous, êtes-vous un architecte Réactif ou Pro-actif ? Avez-vous des objectifs concrets à atteindre sur la voie de la réussite ?

A votre avis, quels sont les signes de la réussite d’un architecte ?

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

  1. Qui êtes-vous? Quels sont vos objectifs? 10 questions pour une vision de votre avenir professionnel
  2. Mettez le cap sur votre réussite professionnelle
  3. La réussite ne doit rien à la chance
  4. Besoin d’un tremplin pour votre réussite professionnelle? Le Mentor
  5. Marketing – 8 étapes pour réussir

Commentaires RSS · TrackBack URI

4 commentaires jusqu'à maintenant »

  1. Sébastien d'HEM a dit,

    le 10 avril 2010 @ 14:17

    La question de réussite n’est pas simple à définir…

    Mais pour y répondre, je crois que la réussite professionnelle peut aussi passer par une réussite scolaire, universitaire, pouvoir travailler dans le domaine que l’on veut et ce, même si l’on n’a pas été aussi loin que l’on l’aurait voulu.

    Je prends ici donc mon cas personnel : j’avais commencé des études d’architecture dans l’une des écoles d’architecture française (celle de Lille-Villeneuve d’Asq), et je peux dire que j’étais un étudiant moyen au vu de mes résultats et médiocre d’après certains professeurs qui se demandaient ce que je faisais là et allant même jusqu’à me dire que je n’arriverais à rien dans le domaine de l’architecture. J’ai bien sûr été assez touché par toutes les paroles alors que je donnais mon maximum à l’époque (je travaillais beaucoup, mais j’étais obligé de faire l’aller-retour entre mon domicile et l’école tous les jours, je n’avais pas pu (pour des raisons financières) prendre un logement à côté de l’école). Je n’ai pas pu continuer les études d’architecture car sur mes deux années, je n’ai pas eu les résultats me permettant de continuer (7 de moyenne).

    J’ai donc repris le chemin de la fac (toujours dans le domaine du bâtiment et de l’architecture) pour obtenir un diplôme de niveau BAC+2 avec de biens meilleurs résultats (14 de moyenne l’année de mon diplôme). J’ai trouvé un travail dans un cabinet d’architecte tout juste sorti de la fac, et j’ai même pu reprendre le chemin vers une formation à distance pour l’obtenir avec une moyenne de 18/20.

    Même si certaines personnes m’ont mis des bâtons dans les roues, j’ai réussi à continuer à percer dans l’architecture et je compte même, si la conjoncture économique me le permet, reprendre dans quelques années les chemin d’une école d’architecture qui permet de former au diplôme d’architecte les salariés d’un architecte et j’espère pouvoir, cette fois, terminer le cursus universitaire.

    Mais pour conclure, je peux dire que j’ai réussi professionnellement : je travaille dans un cabinet d’architecte, c’est-à-dire dans le domaine que j’avais choisi à la sortie du collège… et dont certains de mes anciens professeurs avaient essayé de m’en décourager.

  2. nesrine a dit,

    le 13 septembre 2010 @ 12:06

    Est ce qu’on peut réussir sur un domaine qu’on l’aiment pas
    je suis une future étudiante en architecture j’ai aucune idée pour cette branche et j’ai aimé autre branche mais j’ai pas eu a cause de la moyenne et maintenant je cherche sur le web c’est quoi l’architecture pour voir des idées sur ca moi je veux bien étudié et partagé d’apprendre la branche que j’aime mais il faut qu’on soit dur quand y’a de volonté on peut faire tout et pour la fin on réussi…

  3. Laurent Brixius a dit,

    le 14 septembre 2010 @ 9:04

    Bonjour Nesrine,

    On peut réussir à certains niveaux dans un domaine que l’on aime pas. Tout dépend de votre définition de la réussite. Vous pourrez sans doute parvenir à combler vos besoins de base comme vous nourrir, vous loger, etc. Mais il y a peu de chance que vous vous accomplissiez vous-même dans votre rôle d’architecte si vous n’aimez pas ce domaine.

    L’architecture reste un métier de passion. On est très loin du travail facile et sans soucis de 8 à 17h. Même passionnés, nombreux sont les jeunes architectes qui abandonnent la profession après moins de 5 ans d’activité professionnelle. D’autant que la réalité du terrain est souvent bien loin de ce qui est enseigné dans les écoles d’architecture.

    Je ne peux que vous conseiller d’interroger de jeunes architectes avec quelques années d’expérience.

  4. totty a dit,

    le 9 novembre 2011 @ 10:39

    bjr,quelle est donc la difference entre reussite,succes,et excellence

Vous avez la parole. Profitez-en !

Nom: (Obligatoire)

E-mail : (Obligatoire)

Site web :

Commentaire :

Comment Spam Protection by WP-SpamFree

bouton retour haut de page Retour en haut de page